La Pitié dangereuse – 2012

La Pitié Dangereuse, d’après le roman de Stefan Zweig.

La Pitié dangereuse, adaptation de l’œuvre de Stefan Zweig, s’est jouée récemment.

Adapté par Elodie Menant, dont le jeu en tant que Edith (rôle principal) était convaincant et touchant, le roman abordait un thème intéressant, actuel, et un peu cruel, mais la pièce n’a pas réussi à me convaincre.

Le pitch : un jeune soldat se retrouve chez un riche et vieux monsieur dont la fille unique s’est retrouvée hémiplégique et  est donc condamnée à ne jamais quitter son fauteuil ou ses béquilles.

L’aspect psychologique des personnages aurait pu être développé bien plus (je pense surtout au soldat qui vient tenir compagnie à la jeune fille). La pièce traînait désespérément en longueur. Le spectateur esquisse bien peu de sourires (je concède que le thème de la pièce ne s’y prêtait guère) et le seul personnage un tant soit peu vivant est le médecin, qui réussissait à redonner un peu de souffle aux dialogues affreusement longs.

Vous trouverez sans doute ce jugement injuste pour une pièce dont le but est justement de lancer une réflexion sur l’aspect psychologique du personnage d’Edith, du comportement du jeune soldat, mais je pense que la mise en scène aurait pu alléger le côté tragique du malheur d’Edith (tout du moins dans la première partie de la pièce) sans pour autant rogner sur la réflexion.

En bref : je mentirais en faisait l’éloge de cette pièce qui ne m’a absolument pas plu. Cependant, on dit toujours que tous les goûts sont dans la nature, certains m’ont dit en sortant l’avoir beaucoup aimée. Et je note également que la fin de la pièce était quand même plutôt réussie : on la voit venir mais on reste absorbé par le drame, un peu à la façon d’Antigone dont on nous dévoile l’issue tragique dès les premières minutes.

Publicités