Metric @Le Trianon – 3 juillet 2012

Bonsoir à tous !

Hier mardi 3 juillet 2012, et ce pour la 3ème fois si je ne vous dis pas de grosses bêtises comme j’en ai l’habitude, le génialissime quatuor canadien METRIC était à Paris pour une date unique en France à l’occasion de leur tournée mondiale et de la sortie de leur dernier album Synthetica.

Place pour le concert de METRIC

Lors de leurs deux derniers passages par notre belle capitale, je n’avais malheureusement pas pu me rendre à leur concert.

D’ailleurs si mes souvenirs sont exacts, la dernière fois, c’était à la Cigale, et c’était un mardi soir. À croire que le mardi, c’est le jour des français. Peut-être aussi que je me trompe. Mais on s’en fiche.

La salle affichait complet.

Le Trianon comble

Parlons peu, parlons bien. Le concert d’hier était… comment dire… « A PURE BLAST« .

La setlist était géniale, faite pour nous faire bouger avec des titres qui nous ont tous fait sauter : de mémoire Youth Withouth Youth, Stadium Love, Gold Guns Girls, Dead Disco (sur le refrain duquel la salle entière a chauffé d’un coup !), Empty, Blindness, Synthetica, Monster Hospital (qui a aussi déchaîné la foule, moi la première), Help I’m Alive, et d’autres… je ne me rappelle pas de tous les morceaux joués, tout ce que je sais, c’est que le choix était excellent – mais il n’aurait pu en être autrement, avec leur discographie…

Mes excuses pour l’absence de photos pour illustrer cet article, j’aurais pu, mais j’étais vraiment ailleurs, trop transportée par le concert pour penser à vous. Désolée ! :’)

Le tout dernier morceau que nous ont servi Jimmy Shaw et Emily Haines, de loin mon préféré de leur précédent album Fantasies, dans une sublime version acoustique, m’a tout simplement fait fondre en larmes : Gimme Sympathy.

D’après les différents commentaires que j’ai pu lire à propos du concert, je ne suis pas la seule à avoir été émue par ce morceau.

De la première note, du premier mot, à la toute dernière seconde du morceau, non seulement moi mais également la salle entière étions totalement transportés, hors du temps, tous à l’unisson. Bien que le public ait énormément chanté pendant tout le concert, ce tout dernier morceau a été repris d’un bout à l’autre par la salle tout entière. Chaque phrase retentissait dans tout le théâtre.

Je pense très honnêtement que c’est la première fois que j’ai ressenti ce sentiment lors d’un concert. Cette chanson – qui avait déjà sur moi un effet particulier -, cette ambiance… C’est 5 minutes de larmes de bonheur et d’émotion qui m’ont littéralement submergée.

Pour clore cet article, je n’ai qu’une chose à ajouter :

La chanson (pas entière) commence à 2 minutes, et vous voyez, j’ai pleuré rien qu’en entendant la première phrase.

Autre report du concert, très bien écrit – bien mieux que le mien : ici.

Publicités

Donnez-moi votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s